Des photos avec une histoire derrière

 

Depuis plus de 2000 ans les restes de l’antique cité romaine de Santacriz évoquèrent le passé aux habitants des alentours d’Eslava. Ces vestiges transmettaient des messages par le biais de pièces de monnaie qu’on trouvait sur le sol, des restes de ciments d’édifices où les paysans accrochaient leurs outils. Des chapiteaux aussi, finement sculptés, comme celui apparaissant sur la photo ci-dessus.

Tout cela est resté mystérieux pendant des siècles, si ce n’est pour un curé sensible aux témoignages du passé.

 

Tout cela donc, demeurait entouré de mystère jusqu’à la première campagne de fouilles quand la belle cité endormie, reconnaissante de l’intérêt enfin porté à son histoire et à ses restes aussi poétiques que somptueux, se réveilla doucement de son sommeil. Témoignages renaissants de son glorieux passé, son imposant forum, ses sveltes colonnes, statues de marbre et mausolées entre autres merveilles offrant à l’érudit une leçon d’histoire grandeur nature.

A partir de là, s’est établie une communication entre ces vestiges du passé et les actuels habitants de ce lieu.

Le présent prépare l’avenir pour que demeure la richesse de ce passé qui se doit d’être transmis à travers les générations avec respect et émotion.

 

C’est aussi là, une des raisons qui motive l’équipe d’Amigos de Eslava qui fait vivre ce site, mieux connaître hier pour pouvoir aujourd’hui témoigner et préparer demain.

 



 

Voici un beau défi pour notre association : nettoyer cet imposant espace situé sous terre, élégamment vouté, nous devrons nous assurer de la solidité de sa structure et tenter de voir si le tunnel poursuit son chemin derrière le mur qui l’obstrue. Ce mur dont la construction est bien postérieure à celle du tunnel. Tout cela bien entendu sous tendu à l’aimable autorisation des propriétaires du site.

 

A Eslava des rumeurs sur des prolongements et vocations de ce tunnel ont toujours existées.

 

Le tunnel aboutirait :

A) A la crypte de l'église.

B) Au sous-sol de la maison des propriétaires, la famille Bariain.

C) A une sorte de cabane située à gauche du chemin entre l’église et la colline où est situé l’ermite Santa Barbara. Cette construction s’est effondrée récemment laissant une marque signifiée par un creux bien visible qui témoigne d’un espace creux au-dessous.

D) Aux sous-sols de l’ancien château d’Eslava, situé à l’endroit où se trouve aujourd’hui l’ermite. Ce château, dont des documents témoignent depuis le XIII ème siècle, fut l’un des premiers à être démoli en 1516 par ordre du cardinal Cisneros pour éviter le soulèvement contre la Castille.

 

Au sein de l’association « Amigos de Eslava » nous penchons pour l’hypothèse D). Non seulement parce qu’elle peut sembler la plus romantique et mystérieuse, mais aussi parce que les trois autres supposeraient un brusque virage du tunnel vers la droite, alors que la supposée continuité en droite ligne nous conduirait dans les entrailles de la colline, au-dessous de l’emplacement exact où se trouvait le château.

 

Il est temps de rêver : supposons que le tunnel continue et que nous puissions imaginer dans ce lieu merveilleux au centre du village « le musée de Santacriz » ???

 

Rêve, me direz-vous, c’est vrai mais…………..vouloir c’est pouvoir……..